Axe 2 : Paradoxes d’identité

Les paradoxes d’identité (belonging) traités dans la littérature sont généralement abordés à travers les tensions vécues entre divers rôles, identités et appartenances des individus impliqués avec les organisations, y compris dans les entreprises sociales au sens large. Dans la littérature sur les ESC, divers travaux sur les coopératives se sont intéressés aux conflits entre idéalistes et pragmatistes, entre les multiples rôles des membres, ou entre indépendance et solidarité. Nous explorerons les paradoxes d’identité en ESC à un niveau d’analyse différent : celui de l’identité organisationnelle des ESC et de leur appartenance à un champ en mouvance et aux frontières floues.  Les travaux l’Axe 2 explorent les registres de justification sur lesquels s’appuie l’identité (les différentes identités) des ESC. L’hypothèse est que les paradoxes identitaires s’appuient sur des justifications différenciées suivant la volonté ou non du locuteur de préciser les frontières du champ.

Voici quelques thèmes et projets actifs dans cet axe :

  • Analyse des cadres conceptuels et de mesure statistique des ESC afin de les distinguer d’autres phénomènes actuels tels que l’entrepreneuriat social, la philanthropie corporative, etc. (Bouchard, en collaboration avec Rousselière) ;
  • Analyse et différenciation des initiatives de l’économie collaborative, de l’économie du partage et de l’économie sociale (Bouchard, Léonard et Michaud) ;
  • Analyse des tensions identitaires des ESC à travers l’analyse textuelle de leur énoncé de mission selon la grille théorique et analytique des mondes de Boltanski et Thévenot (1991) (Michaud).