• Nouvelles

    L’Équipe de recherche s’intéresse aux entreprises sociales et collectives, notamment celles de l’économie sociale et solidaire (coopératives, associations, mutuelles, fondations, organismes de développement économique communautaire, entreprises d’insertion, etc.) mais examine également à l’émergence de nouvelles entreprises sociales à statut hybride (ex. entreprises à capital-actions et à finalité sociale) et de nouvelles pratiques économiques (ex. économie collaborative, économie du partage).

    Les entreprises sociales et collectives (ESC) se distinguent des entreprises classiques en combinant des modes de création et de gestion privés et des objectifs et fonctionnements collectifs. Elles sont caractérisées par une double finalité économique et sociale et priorisent la personne et l’activité sur la génération de profits. Un ensemble de principes caractérise les modes de fonctionnement des ESC : finalité de services aux membres ou à la collectivité, gouvernance démocratique, primauté des personnes et de l’objet social sur le capital dans l’affectation des surplus.

    Ces caractéristiques complexifient la gestion des ESC, générant divers paradoxes qui sont au cœur des travaux de l’ÉR-GESC et composent les quatre axes de recherche de notre programmation scientifique :

    1) les paradoxes de performance des ESC (p. ex., impacts sociaux/économiques, mesures quantitatives/qualitatives) ;

    2) les paradoxes d’identité des ESC (p. ex., différentiation/isomorphisme, autonomie/collaboration) ;

    3) les paradoxes d’organisation des ESC (p. ex., démocratie/hiérarchie, centralisation/décentralisation, collaboration/contrôle), et

    4) les paradoxes d’innovation des ESC (p. ex., innovation/institutionnalisation, exploration/exploitation).